Dans l’hivers

Bien des années après le drame, un hivers froid et sans soleil, semblant devenir éternel, recouvre les vastes plaines inhabitées.
Sur l’horizon quelques bâtiments se détachent du blanc du sol au blanc du ciel, devenant de lointains spectres gris plongés dans un silence de coton.
Ponctuellement une brise de vent vient interrompre l’immobilité du paysage aphone, venant faire frémir les quelques branches dénuées de feuilles dans une multitude de cliquetis de bois nu.

Mais…
Chaque heure, de manière soudaine, une onde invisible surgit depuis les bâtiments et viens magnétiser avec douceur l’environnement sur des kilomètres dans une ondulation de fréquences.
C’est un message, un message provenant des systèmes restés actifs encore un peu, arrivant à puiser encore un peu d’énergie du reste des batteries.

Alors, si on positionnait un transistor dans les parages, avec quelques notions de morse et un crayon, on pourrait décoder :

MESSAGE DE LA BASE REFUGE 8951 -STOP-
APPEL A TOUT LES SURVIVANTS -STOP-
CHANGEMENT D’INSTRUCTIONS – STOP-
NE NOUS REJOIGNEZ PAS -STOP-
LE REFUGE N’EST PLUS SUR -STOP-
NOUS EVACUONS LA BASE -STOP-
BONNE CHANCE ET BONNE ROUTE A CEUX QUI ECOUTENT CE MESSAGE -STOP-
PRENEZ SOIN DE VOUS -FIN-

Alexis

   Série d’images « Dans l’hivers »:

Comments

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

D'autres articles ...
  Fil d'images - Images quotidiennes