Gisements Épuisés

On les appelle les « pays noirs ».
Leurs paysages sont parsemés de ces montagnes grises aux cotés de hautes structures métalliques surmontées de grandes roues, sous ces uniques témoins d’un âge d’or passé se cache des kilomètres de galeries.
Du Nord-Pas de Calais à la lorraine, ces régions qui portent l’image d’une météo peu clémente, les terrils se garnissent d’arbustes et petit à petit les structures métalliques disparaissent.

Et pourtant ces éléments d’un décor, que l’on veut sombre et pollué sous de grandes volutes de fumées noires, sont les derniers témoins d’un processus industriel qui a bouleversé le visage de l’Europe sur les deux derniers siècles.
Depuis les maîtres de forges aux grands fleurons nationaux, ils ont vu naitre le syndicalisme dans le creuset du paternalisme, ils ont été les sujets de grandes guerres et de réconciliation.
De l’exploitation du carbone, Ils en ont fait l’histoire de l’Europe.

Sous la terre, au sein du gisement, les galeries.
Les hommes y creusent le roc.
Au-dessus à la lumière, la pierre extraite garde sa couleur noire et est déversée dans un torrent de poussières.
Mais dans ces décors d’acier et de poussières, aujourd’hui vides, imaginons qu’il y avait des hommes.
Ces gueules noires de Germinal, heureux de voir un peu de luminosités au retour à la surface,  que le ciel soit gris ou ensoleillé.

Mais tous ces gisements ne sont pas épuisés !
Quoi que soit les politiques économiques ou environnementales, généralement bien pensantes mais peu regardantes, le charbon continuera de brûler.
Mais on préférera le faire venir par bateau, de chine

Alexis.
 

   Série d’images « Gisements épuisés »:

Comments

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

D'autres articles ...
  Fil d'images - Images quotidiennes