Carrière du pont

Au cœur de la forêt le sol s’est jadis ouvert sous l’orchestre des cliquetis des burins sur la pierre, les hommes s’affairant à l’extraction de blocs pour quelques constructions.
Ce labeur a laissé aujourd’hui la trace d’une gueule béante vers les ténèbres, les piaillements des oiseaux tentant de percer l’ambiance calfeutrée régnant sur l’endroit.

On aperçoit ici et là quelques lutins sautiller dans les fourrés annonçant aux hôtes des ombres la venue d’un étranger.
En s’engageant dans le canyon de calcaire, il est saisi par un bourdonnement s’échappant des obscurités : c’est le ronflement rythmé du dragon assoupis.
De petits lapins ont rejoint les lutins gambadant à présent autour de l’inconnu, les fougères s’écartent pour faciliter leur marche commune.

Sous les voûtes du pont de pierre, au pied des parois étreignant l’étroit et haut passage vers le centre de la terre, lapins et lutins s’enfuient.
Le silence est tombé, laissant le lent sifflet du dragon envahir l’atmosphère.
A la rencontre des yeux de feu, l’homme disparaît seul dans les ténèbres cherchant quelques réponses à ses questions les plus mystiques.

La vie est une aventure dans la  quête de sérénité.

Alexis.
 

   Série d’images :

Comments

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

D'autres articles ...
  Fil d'images - Images quotidiennes