Le Château de Marie

Le soleil d’hiver plonge vers la nuit, les rayons de l’heure dorée transpercent les arbres pour effleurer les briques rouges de la vieille ruine.
Les ombres de rouges et d’or embrassent les hautes tours du vestige, le calme de l’endroit est légèrement entrecoupé par les bruits des pierres qui roulent et le cliquetis des appareils photos de deux hommes en noir qui évoluent.

Dans le chaos des moellons entassés, la douceur de la nature a demandé au lierre d’enlacer les colonnades, au noisetier d’habiller les intérieurs, à la mousse de repeindre le sol et au charme de soutenir les murs.
Le vent et la pluie érodent délicatement les pierres, leurs nouvelles rondeurs accompagnent les ombres se déposant sur les endroits encore préservés.
Mi-ruine mi-château l’endroit ouvre son âme avec douceur aux visiteurs des lieux.

Une phrase d’Hugo que j’ai utilisé il y a peu me vient à l’esprit : « L’amour est comme un arbre, il pousse de lui-même, jette profondément ses racines dans tout notre être, et continue souvent de verdoyer dans un cœur en ruines. »
Peut être ai-je lu trop de contes dans ma jeunesse mais cette scène ensoleillée dans le froid de l’hiver m’inspire l’histoire d’une princesse.

Marie une jolie demoiselle s’est construit son château au milieu de la forêt, sous la niche des oiseaux
Un endroit à son image qui lui permet d’aimer la vie et à la fois de s’en préserver, aimant s’y retrouver et s’y réfugier.

Un jour un drame est survenu, le château s’écroule emportant le cœur de la princesse.
Son amour s’est effondré et son âme pleure. Marie se cherche et fuit pour disparaître.

Aujourd’hui le château de Marie est en ruine, devenu le symbole d’un amour oublié.
Mais pour celui qui vient le voir il est toujours présent, comme un peu transformé.
Il a gardé la profondeur des yeux de Marie et se métamorphose sous le gré des vents, donnant naissance à un nouvel amour, plus pur, emmitouflé dans un écrin de verdure.

Alexis.

2 Comments

  1. Catherine 11 février 2015 at 15 h 45 min

    je n’étais pas venue là dis donc, j’aime ton conte, ton écriture m’épate !!

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

D'autres articles ...
  Fil d'images - Images quotidiennes