La filature

Il y a deux cents ans un vendeur ambulant de toile décide de laisser tomber son activité précaire pour intégrer une petite filature comme ouvrier.
La fierté d’un père de famille mise à mal pour nourrir modestement sa famille, et pourtant, nous sommes en pleine révolution industrielle.
Quelques années plus tard son fils rejoint l’entreprise, elle ne va pas bien, il arrive à l’acheter.
Sur le fil de sa vie il a construit un empire, les ouvriers sont devenus des fils en ce temps du paternalisme.

Je marche silencieusement sur son empire déchu aux valeurs perdues. Un de plus.
Dans la filature j’observe les fresques des grapheurs au milieu des outils oubliés par le liquidateur.
Une chaussette sur trois se fait maintenant dans une seule et même ville de Chine sur des destins similaires à ce jeune fils.

Depuis quelques temps je parcours d’Est en Ouest le nord de la France et c’est toujours le même scénario: la fin d’une vie industrielle.
Chaque jour j’appose des petits points rouges sur ma carte pour préparer mes futures visites, en l’observant je me dit que la France a la varicelle.
Nos politiques et notre soif de consommation sont le vin de notre empire romain, pouvons-nous finalement blâmer ce peuple lointain ?

J’ai appris tant de choses, découvert tant d’endroits, observé tant de vies et leur perte.
J’ai revu mes opinions toutes faites et si faciles sur l’économie, le syndicalisme et l’entreprise.
Les mondes oubliés m’ont appris l’humanité.

Je suis pour l’amour des peuples, la justice de l’Homme, la libre entreprise et le libre arbitre.
Les esprits courts cancaneront à l’anarchie, mais encore faut-il en connaitre la définition.
Au siècle des Lumières les philosophes avaient pour ces thèmes d’autres visions, ils en ont donné une révolution.

Alexis.

Pour aller plus loin :
Datang – Ville de la chaussette

Comments

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

D'autres articles ...
  Fil d'images - Images quotidiennes